Physiothérapie et kinésithérapie : quelle différence ? - Milo kiné
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Zoom sur…

Physiothérapie et kinésithérapie : quelle différence ?

En vérité, il n’y a pas de réelle différence entre la kinésithérapie et la physiothérapie ! La physiothérapie, c’est simplement l’autre nom donné à la kinésithérapie. Les deux termes signifient l’art de soigner le mouvement par le mouvement, désignant la même technique de rééducation. En France et en Belgique, le titre donné aux professionnels est « kinésithérapeute ». Mais dans la plupart des pays, on les nomme des « physiothérapeutes », « physiotherapists » ou encore « physcial therapist » aux États-Unis. 🔎 Pourquoi parle-t-on de physiothérapie et parfois de kinésithérapie ? Que savons-nous exactement de cette pratique et en quoi diffère-t-elle d’autres formes de thérapies physiques ? 💡 Rentrons un peu plus dans le vif du sujet !

Bien comprendre la physiothérapie et la kinésithérapie

Un peu d’histoire

👉 Dans les années 1900, le terme « physiologie » était utilisé pour désigner la kinésithérapie actuelle avec l’utilisation d’électrodes, du froid, du chaud, des boues… Mais depuis, ce terme est tombé aux oubliettes en France et en Belgique au profit du terme kinésithérapie. À l’heure actuelle, les deux pays sont les seuls à utiliser le terme de kinésithérapie pour désigner cette discipline médicale.

👉 Dans les autres pays, c’est bien le terme physiothérapie qui a remporté tous les suffrages ! Pourquoi ? Parce que dans les années 1970/80, les Canadiens ont traduit la kinésithérapie par « physiothérapie » en anglais (tout simplement 😉). Les termes physiothérapie et physiothérapeute se sont donc imposés pour désigner la kiné.

💡 Bon à savoir : le mot physiothérapeute n’existe pas en France ! Mais certains kinésithérapeutes adoptent ce nom afin d’être plus visible à l’international.

La différence entre physiothérapie et kinésithérapie

S’il n’y a pas de réelle différence entre la physiothérapie et la kinésithérapie, les différences de cultures entre les pays anglo-saxons entrainent des petites distinctions dans la pratique. Les physiothérapeutes anglo-saxons travaillent plus sans le toucher avec les mains. Tandis qu’en France, le masseur-kinésithérapeute pratique des actes de façon manuelle et/ou instrumentale. Cela va dépendre de la prescription et du Bilan Diagnostic Kinésithérapique (BDK).

Les actes de kinésithérapie

Voici les actes que peut réaliser un kinésithérapeute en France :

  • Massage et drainage lymphatique manuel ;
  • Renforcement musculaire et réentraînement à l’effort ;
  • Rééducation posturale ;
  • Mobilisation articulaire ;
  • Étirements musculo-tendineux ;
  • Mécanothérapie grâce à des appareils adaptés ;
  • Relaxation neuromusculaire ;
  • Augmentation du flux respiratoire, aspirations rhino-pharyngées et trachéales ;
  • Électro-physiothérapie ;
  • Bilan ergonomique…

Les méthodes complémentaires en physiothérapie et kinésithérapie

Les masseurs-kinésithérapeutes et les physiothérapeutes font également usage de méthodes complémentaires :

Chaque masseur-kinésithérapeute peut avoir sa spécialité : rhumatologie, orthopédie, pédiatrie, gériatrie, kiné respiratoire, rééducation périnéale, kiné du sport…  

Le déroulement d’une séance de physiothérapie et kinésithérapie

En France, la première séance de kinésithérapie est consacrée à :

Le remboursement de la kinésithérapie en France

  • La consultation d’un kinésithérapeute est remboursée à 60% à condition d’avoir été prescrite par le médecin traitant dans le cadre du parcours de soins coordonnés.
  • La complémentaire santé prend en charge à 100% les soins de kinésithérapie dès lors qu’ils sont couverts par l’Assurance Maladie.

🔎 Si un kinésithérapeute se désigne comme un physiothérapeute, il facturera néanmoins l’acte comme de la kinésithérapie, puisque c’est la seule profession ayant une convention à l’Assurance Maladie.

💡 Bon à savoir : la kinésithérapie est prescrite par un médecin traitant. Cependant, suite à la signature de l’avenant 7, le kiné a la possibilité de renouveler et adapter les prescriptions datant de moins d’un an ! Et dans certaines situations, en dehors de l’urgence, il est également autorisé à prendre en charge des patients sans prescription médicale (accès direct).

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné Milo : aide à la cotation et homologation avenant 7

Ne passez pas à côté de ...

Comprendre l’anatomie du corps humain – Partie 6 : Muscle piriforme

Comprendre l’anatomie du corps humain – Partie 4 : le muscle ilio-psoas