Comment se déroule la kiné vestibulaire ? - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

Comment se déroule la kiné vestibulaire ?

Vous souhaitez ajouter la kiné vestibulaire aux pratiques que vous proposez au cabinet, voire à domicile ? C’est un axe de prise en charge assez plébiscité par les kinés, puisqu’il existe plusieurs formations continues et associations françaises de professionnels qui lui sont dédiés : la Société française de kinésithérapie vestibulaire et la Société internationale de réhabilitation vestibulaire. Faisons le point dans cet article sur l’essentiel à connaître pour les kinés libéraux qui débutent dans ce domaine.

C’est quoi de la kiné vestibulaire ?

Le système vestibulaire est un organe sensoriel périphérique qui contribue à la sensation d’équilibre et de mouvement dans le corps humain. C’est ce qui va permettre au corps de marcher et de courir normalement.

La kiné vestibulaire va permettre aux patients d’apprendre à moins solliciter leur entrée visuelle dans les situations où la vue se trouve altérée : dans l’obscurité, dans la foule, devant les écrans ou encore au bord de l’eau. Les pathologies liées au dysfonctionnement du système vestibulaire vont engendrer des conséquences sur l’organisme pouvant être la cause de vertiges et de certains handicaps :

  • étourdissements,
  • surdité,
  • troubles oculaires et auditifs,
  • système nerveux endommagé.

C’est dans ce cas que la kiné vestibulaire, aussi appelée rééducation vestibulaire, va permettre de remédier à ces dysfonctionnements.

Comment se déroule la kiné vestibulaire ?

Quelque soit le problème vestibulaire que rencontre le patient, il faudra procéder à un bilan vestibulaire qui se décomposera toujours en au moins 2 temps :

  1. un temps de discussion, de questionnements sur les symptômes ressentis par le patient. Avec une discussion la plus ouverte possible, pour recueillir un maximum d’indices, et le laisser s’exprimer avec ses mots. Cela permettra d’identifier d’éventuels drapeaux rouges, contre-indiquant la kinésithérapie ;
  2. un temps d’examen clinique, avec la réalisation de manœuvres diagnostics.

Impossible de rentrer plus dans le détail tant le déroulé sera au cas par cas selon les premiers signes recueillis lors de l’interrogatoire, ou du diagnostic déjà posé par un ORL sur un éventuel syndrome vestibulaire : vertiges positionnels paroxystiques bénins (VPPB), maladie de Ménière, névrite vestibulaire, migraine vestibulaire, étourdissements etc.

Le VPPB est le type de vertige le plus fréquent : 2,4 % de la population en aura au moins un une fois dans sa vie.

Qui plus est, on inclut souvent dans la rééducation vestibulaire d’autres problèmes : le mal des transports ou le mal de mer, les pertes d’équilibre non expliquées par une autre pathologie, les troubles d’organisations sensorielles, etc.

Pourquoi faire de la rééducation vestibulaire ?

La rééducation vestibulaire a pour but d’entraîner le patient à retrouver le contrôle de l’équilibre et minimiser les symptômes tels que les vertiges ou encore les étourdissements. L’objectif est d’aider le cerveau à s’appuyer sur des points de références externes. Le cerveau va apprendre à faire face à des signaux de désorientation qui proviennent des oreilles pour s’adapter à un problème de vertiges chroniques ou pour se remettre d’une lésion vestibulaire aiguë. Chaque patient va recevoir un traitement sur-mesure. Ainsi, grâce à la rééducation vestibulaire, le patient va pour retrouver l’équilibre de son corps.

Pour faire de la rééducation vestibulaire, les kinés se spécialisent généralement en rééducation vestibulaire en suivant des formations spécifiques après leur diplôme. Il existe deux associations qui regroupent une partie des kinés spécialisés en rééducation vestibulaire : la société française de kinésithérapie vestibulaire (SFKV) et la société internationale de rééducation vestibulaire (SIRV).

Quelles manœuvres réaliser ?

Les manœuvres ou exercices de traitement spécifiques dépendent bien évidemment du type de problème rencontré. Il existe des recommandations de la Haute autorité de santé de 2018 concernant les manœuvres à appliquer en cas de VPPB, pour le diagnostic et le traitement :

Le mode de prise en charge et les moyens utilisés pour traiter les symptômes du VPPB doivent systématiquement respecter plusieurs principes : un interrogatoire adapté pour identifier l’histoire et l’expression du VPPB, l’exécution du test de Dix-Hallpike et du test positionnel rotatoire couché pour identifier le ou les canaux semi-circulaires incriminés, une évaluation complète de l’équilibre et des handicaps du patient, l’élaboration d’un plan de traitement incluant la ou les manœuvres les plus adaptées pour traiter les canaux semi-circulaires incriminés.

Quels exercices et conseils donner aux patients en fin de séance ?

Là encore, cela variera bien sûr selon la pathologie. Il y a cependant toujours des conseils sur l’hygiène de vie ou l’auto-rééducation à prodiguer. Par exemple, en cas de VPPB, ne pas dormir sur le côté atteint et pratiquer des exercices d’équilibre après les manœuvres de VPPB augmente la probabilité de succès des manœuvres.

Comment facturer un acte de kiné vestibulaire ?

Pour une fois, il n’y a pas trop de prise de tête possible. Vous disposez d’un AMK/AMC 8 dédié, intitulé dans la NGAP « Rééducation vestibulaire et des troubles de l’équilibre ». Soit 17,20 euros. Vous pourrez bien sûr en sus facturer un bilan de coefficient 10,7 rémunéré 23 euros, pour la première séance.

Comment se faire connaître comme kiné vestibulaire ?

Plusieurs options s’offrent au kinésithérapeute pour faire savoir aux patients de votre localité que vous pouvez les prendre en charge lorsqu’ils rencontrent un problème vestibulaire.

  1. Informez les médecins généralistes et les ORL(libéraux et hospitaliers) de votre secteur, par courrier ou mail. Et dans une moindre mesure, les pharmacies, cabinets d’infirmiers et les autres cabinets de kiné.
  2. Indiquez dans votre profil GoogleMyBusiness, à côté de votre nom ou de celui de votre cabinet, quelque chose comme « Kiné vestibulaire ».
  3. Si vous disposez d’un site internet, indiquez bien dessus que vous exercez la kinésithérapie vestibulaire. Par exemple, en créant une page dédiée à cela. Même chose pour d’éventuels réseaux sociaux.
  4. Affichez dans votre cabinet un document présentant la kiné vestibulaire, les principales indications, et que vous y êtes formés.

Avez-vous d’autres astuces à partager pour l’exercice de la kiné vestibulaire ?

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JMi
JMi
1 année il y a

Il faut être équipé au minimum d’une VNS (videonystagmoscopie) pour diagnostiquer de façon sûre et précise un VPPB…
Et de bien plus de matériel pour pratiquer une rééducation vestibulaire efficace…

Logiciel kiné Milo : aide à la cotation et homologation avenant 7

Ne passez pas à côté de ...

La réalité virtuelle en rééducation et kinésithérapie

Faut-il encore toucher ses patients pour les rééduquer efficacement ?

Les tendinopathies patellaires : quelle rééducation et prévention ?