Rééducation d’une entorse externe de la cheville - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

Rééducation d’une entorse externe de la cheville avec des vidéos exclusives de Pamz Therapy

L’entorse externe de la cheville est un traumatisme de la cheville généralement en inversion. Ce traumatisme peut avoir lieu pendant une activité sportive ou dans la vie quotidienne. Les chevilles forment le socle du corps, on pourrait les assimiler aux fondations d’une maison. Si elles sont instables, faibles et raides, comment envisager que le reste du corps soit fort, stable et mobile ?

En outre, les pieds sont la plupart du temps enfermés dans les chaussures, ce qui entraîne des pertes de mobilité, une faiblesse musculaire de la cheville ainsi qu’une baisse de la sensibilité des récepteurs localisés sous le pied qui permettent d’améliorer l’équilibre. Ces faiblesses, ajoutées aux contraintes constantes, font de l’entorse de cheville, l’entorse externe la plus répandue dans la population.

Nous allons ici nous intéresser aux grandes phases de la rééducation pour des entorses de type moyenne (grade 2). Elles sont applicables pour les entorses bénignes, les délais seront raccourcis pour cette dernière.

Entorse externe de la cheville : rappel de l’anatomie du pied

Le pied n’est pas un bloc rigide, il est composé de 26 os et de 3 parties mobiles entre elles : l’avant pied (métatarsien, phalange), le médio-pied (naviculaire, cunéiformes, cuboïde) et l’arrière pied (calcanéum et talus). Leur orientation détermine la forme globale du pied et son niveau de
fonctionnalité.

L’avant pied et l’arrière pied sont composés de plusieurs pièces osseuses également mobiles entre elles. Il faut se focaliser sur le mouvement d’ensemble qui s’opère entre les 3 parties. Les mouvements des orteils sont également essentiels car sans eux, le fonctionnement du pied est altéré.

Suite à une entorse, les ligaments externes de la cheville sont souvent touchés. Une radiographie ou une IRM est parfois nécessaire pour confirmer le diagnostic et exclure des complications. Les anti-inflammatoires peuvent aider à réduire le gonflement. L’appui doit être adapté et une attelle ou une compression peuvent stabiliser la cheville lors de la récupération. Sans une rééducation adéquate, une instabilité chronique ou une récidive peut se développer. Les exercices de rééducation ont pour fonction de renforcer et de reprogrammer les mouvements. En cas d’échec du traitement, la chirurgie peut être envisagée. L’intérêt de l’auto-rééducation est grandissant, aidant à « développer de nouvelles fonctionnalités » pour une « nouvelle cheville » prête pour le sport.

Phase inflammatoire : J0 – J4

L’objectif de cette phase est de protéger les structures lésées pour éviter d’entretenir l’inflammation, de récupérer les amplitudes articulaires afin de pouvoir par la suite mettre en charge progressivement. À ce stade, il faut lutter contre l’atrophie musculaire ainsi que l’œdème, l’hématome et la douleur.

Le rôle du kiné dans la rééducation d’une entorse externe de la cheville :

  • Mobilisation articulaire passive en flexion dorsale et inversion pour récupérer les amplitudes. Attention à la mobilisation en flexion plantaire et éversion qui ont tendance à entretenir l’inflammation.
  • Mobilisation des articulations du pied.
  • Lutte contre les œdèmes, les hématomes et la douleur : massage, électrothérapie, pressothérapie, froid.

Exercices pour le patient :

  • Mobilisation active en flexion dorsale allongé sur le dos et assis sur une chaise avec une flexion de genou.
  • Inversion de cheville allongé sur le dos et assis sur une chaise avec flexion de genou.
  • Remise en charge progressive infra douloureux : le patient vient transférer son poids de corps progressivement sur sa cheville douloureuse en ajoutant de plus en plus de poids mais toujours sans douleurs avec le genou tendu et fléchi.

Conseils au patient :

Il est important que le patient limite le plus possible la douleur au quotidien. En en effet, si votre patient à des douleurs lors de la marche, il est alors recommandé qu’il utilise une attelle. Si la douleur persiste, alors l’utilisation de béquille sera nécessaire pour décharger le poids de son corps. Attention à bien entretenir le schéma de marche.

Il faut également insister sur le fait que pour obtenir une guérison complète, votre patient doit essayer de garder la jambe en l’air le plus possible, et bien glacer.

Pour finir, votre patient dois prendre l’habitude de reproduire le plus possibles (selon les douleurs) les exercices qui ont été vu au cabinet kiné avec vous pour récupérer sa flexion dorsale, l’éversion et la remise en charge du corps sur la cheville

Phase prolifération : J4 – J21

L’objectif de cette phase est de tenter de faire disparaitre l’œdème, la douleur et l’hématome au repos ; mais également de renforcer le système musculaire du pied et de la cheville. Dans un second temps, vous tenterez de récupérer des amplitudes articulaires afin de mettre en charge totale et pouvoir marcher sans aide.

A ce moment là, vous pourrez donc commencer à faire faire à votre patient des exercices fonctionnels pour améliorer la stabilité de sa cheville et ainsi pouvoir reprendre des saut bipodaux en fin de phase.

Actions du kiné sur l’entorse de la cheville :

  • Mobilisation active et passive de la cheville et du pied dans toutes les amplitudes ;
  • Etirement contracté, relâche du triceps et de la chaine postérieure ;
  • Étirement passif du triceps et de la chaine postérieure ;
  • Renforcement isométrique avec résistance manuel du praticien en fin de course dans toutes les amplitudes de la cheville ;
  • Massages circulatoire, drainage, pressothérapie, et cryothérapie pour lutter contre la douleur l’œdème et l’hématome

Exercices pour le patient :

  • Renforcement des muscles intrinsèques du pied : assis avec une serviette au sol, demandez au patient d’attraper la serviette avec ses pieds.
  • Renforcement des fibulaires : assis avec un élastique entre les pieds talon au sol.
  • Mobilisation active circulaire : en éversion assis et allongé pour travailler avec et sans flexion de genou.
  • Mobilisation dorsale : en fente avant venir avancer le genou le plus vers l’avant possible.
  • Renforcement du triceps sural : avec élévation (step), pointe de pied en isométrique puis travail excentrique si cela est bien toléré.
  • Renforcement soléaire : flexion de genou et pointe de pied assis sur une chaise.
  • Étirement passif du triceps sural et chaine postérieure.
  • Équilibre statique unipodal : avec flexion de genou et genou tendu. Augmentez la difficulté des exercices progressivement en demandant des déplacements avec la jambe opposée (devant, derrière, coté).
  • Travail fonctionnel bipodal sans impact : fente, squat, pont fessier, Hip trust.
  • Travail des sauts bipodaux : en fin de phases en amortissant les chocs.

Conseils au patient :

Il est important de faire comprendre au patient qu’il est dans la période de « l’entre deux » . Sa cheville est encore fragile, et de ce fait, il doit faire attention à ne pas déclencher de douleur au quotidien mais, il faut tout de même qu’il reprenne confiance et qu’il sollicite de plus en plus sa cheville.

Le patient ne doit pas déclencher plus de douleur que celle qu’il a au quotidien lors des exercices. Il faut donc « intégrer » la notion de douleur. On entends par là le fait qu’il soit normal que la cheville « chauffe » lors des exercices comme lorsque que l’on fait des squats et que l’on sent les cuisses brulés. Cette sensation doit disparaitre après une minutes de repos mais, si ce n’est pas le cas l’exercice est peut être trop intense pour le patient, il faut le réadapter.

Enfin, il est important de faire travailler le patient à la maison à travers du renforcement global, de l’équilibre statique, de la mobilisation active, et des étirements pour que la cheville retrouve sa mobilité.

Comment rééduquer son pied après une entorse ?

Après une entorse du pied, la rééducation vise à restaurer mobilité, force et proprioception. Il faut commencer par des mouvements doux d’articulation, suivis d’exercices de renforcement musculaire. Des exercices d’équilibre améliorent la proprioception. Une progression graduelle vers les activités normales est essentielle, sous supervision d’un kinésithérapeute.

Quand aller chez le kiné après entorse ?

Après une entorse, il est recommandé de consulter d’abord un médecin pour évaluer la gravité. Une fois l’inflammation et la douleur initialisées diminuées, souvent après quelques jours, une rééducation pour votre entorse la cheville chez le kinésithérapeute peut débuter. La timing précis dépend de la sévérité de l’entorse et des conseils médicaux.

Quand débuter le kiné après entorse de la cheville ?

Après une entorse de la cheville, la consultation d’un médecin est essentielle pour évaluer la gravité. Habituellement, une fois la phase aiguë d’inflammation réduite, souvent après 48 à 72 heures, le kiné peut débuter la rééducation pour une entorse à la cheville. Le timing précis dépend de la sévérité de l’entorse et des recommandations médicales.

Quelle rééducation après une entorse de la cheville ?

La rééducation pour une entorse à la cheville vise à restaurer mobilité, force et proprioception. Elle débute par des mouvements doux, puis des exercices de renforcement des muscles péri-ankle. La proprioception est travaillée avec des exercices d’équilibre et de coordination. La progression se fait sous guidance d’un kinésithérapeute.

Phase modelage et maturation J21- J50

À ce stade, on doit être en mesure de déclarer une disparition de la douleur, d’œdème et d’hématome. Votre patient doit être capable de marcher sans boiter et il peut reprendre des activités physique à la fin de cette phase. L’objectif est de récupérer la totalité des amplitudes, et de la force musculaire et ainsi avoir une stabilité dynamique.

Actions du kiné :

Idem que la phase précédente, l’essentiel de cette phase repose sur les exercices de renforcements.

Exercices pour le patient :

  • Travail de la réception des sauts : attaques pointes de pieds puis talon en faisant le moins de bruit possible pour limiter les impacts.
  • Saut unipodal plan sagittal : impulsion vers l’avant avec la cheville lésé et réception avec l’autre puis l’inverse.
  • Saut unipodal latéral : impulsion vers le coté avec la cheville lésé et réception avec l’autre puis l’inverse.
  • Renforcement unipodal (hip trust, pont fessier , good morning).
  • Reprise de la course progressive.
  • Intégration au saut unipodal : sur place, saut latéral, saut devant derrière.

Qu’en pensez-vous ? Comment procédez-vous pour la rééducation d’entorses externe de la cheville ? Dites-nous en commentaires les exercices que vous privilégiez. 😉

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

Rééducation vestibulaire kiné : l'équipement est-il indispensable ?

Rééducation d’une entorse externe de la cheville avec des vidéos exclusives de Pamz Therapy

Kinésithérapie et psychologie : une collaboration dans le traitement des patients sportifs