Rééducation d’un AVC chronique : que conseiller ? - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

Rééducation d’un AVC chronique en 2023 : que conseiller ?

Des milliers de personnes en France ont des séquelles d’un accident vasculaire cérébral sur le long terme, voire à vie. Nombre d’entre elles ont des prescriptions pour des séances de kiné en libéral, par leur neurologue ou médecin traitant. Que proposer à ces personnes ? Qu’attendre de la rééducation à ce stade d’un AVC ?

Qu’entendons nous par « AVC chronique » ?

Tout de suite après l’AVC, on parle d’une phase aiguë, puis sub-aiguë. Plusieurs mois après l’accident, certaines personnes ont des séquelles. Dans ce cas là, on parle d’« AVC chronique », parce qu’il est fort probable qu’elles gardent ces séquelles toute leur vie.

Les kinés libéraux peuvent prendre en charge des personnes avec AVC à tous les stades. Mais c’est particulièrement le cas des personnes en phase chronique, qui sont sortis de centre de rééducation.

Quelles sont les séquelles les plus fréquentes à cette phase d’un AVC ?

Les personnes atteintes d’AVC en phase chronique peuvent rencontrer plusieurs problèmes de mobilité, de force musculaire et de coordination. Voici quelques-uns des problèmes les plus fréquents.

  • Mobilité : elles peuvent avoir des difficultés à se déplacer en raison d’une perte de force ou de la paralysie d’un côté du corps. Elles peuvent également avoir des difficultés à maintenir l’équilibre et à marcher de manière stable.
  • Force musculaire : la perte de force musculaire dans l’un ou les deux bras, ou les jambes, est fréquente, ce qui peut rendre les tâches quotidiennes plus difficiles à accomplir.
  • Coordination : Certaines ont aussi du mal à coordonner leurs mouvements. Là aussi, les tâches simples telles que se brosser les dents ou s’habiller sont complexes.

Un des rôles des kinés est d’identifier avec le patient quelles séquelles sont les plus gênantes, pour tenter de mettre en place des choses pour compenser. Car à cette phase, il s’agit plutôt d’entretien ou de compensation que de récupération a proprement parlé… soyons lucide !

La prise en charge en kinésithérapie adaptée

Comme souvent en rééducation, il est difficile d’évaluer de manière très qualitative si certaines méthodes de rééducation sont plus efficaces que d’autres.

Comme l’AVC est une pathologie grave et répandue, il y a quand même plus d’études que dans d’autres secteurs. La principale revue de la littérature, qui fait état des connaissances actuelles sur la rééducation, conclue :

  • que plein de méthodes différentes sont utilisées, certaines plus actives pour les patient(e)s, d’autres plus passives ;
  • qu’aucune ne semble se démarquer de manière significative par rapport à une autre.

L’idée est donc de partir des attentes des patient(e)s (mais aussi de vos propres compétences et sensibilités) pour proposer la prise en charge la plus adaptée pour chaque personne.

Voici les traitements souvent utilisés par les kinés :

  • exercices de renforcement musculaire ou d’équilibre, avec ou sans matériel ;
  • activités à visée cardio-vasculaire, adaptées aux déficiences, comme le vélo à bras ou à jambe ;
  • mobilisation passive et active des membres ;
  • utilisation de dispositifs d’aide à la marche ;
  • réalité virtuelle, imagerie motrice, thérapie miroir.

Objectifs et résultats attendus de la prise en charge kiné

Un des éléments clé de la prise en charge pour ne pas tourner en rond est de s’entendre sur les objectifs des séances : entretien ? Récupération ? Compensation ?

Certains patients sont cependant dans le dénis et n’accepteront pas forcément qu’on dise que les séances sont purement à visée d’entretien. À vous de voir comment vous souhaitez intégrer cela…

Ensuite, quelles sont les choses qu’on souhaite le plus impacter ?

  • La souplesse des articulations ?
  • La douleur ?
  • La force musculaire ?
  • La capacité à réaliser certaines activités, et lesquelles ?
  • Le périmètre de marche, ou le schéma de marche ?

En fonction de ces objectifs, les séances pourront être articulées différemment.

Comment facturer des séances pour des patients avec AVC chronique ?

Revenons à des choses purement administratives, importantes aussi à prendre en considération !

Le fait que les patients soient vus de manière chronique n’empêche pas de facturer les actes en AMK 9. Avec une indemnité de déplacement à 4 euros (IFN) en cas de déplacement à domicile. La plupart de ces patient(e)s seront normalement en ALD, ce qui facilitera la facturation des séances pour tout le monde.

Chez les personnes très âgées qui ont des petites séquelles d’AVC, la question se pose cependant de coter AMK 9 ou 8,5, si la prise en charge est plus axée « maintien des capacités fonctionnelles ».

Pour votre facturation, vous pouvez utiliser Milo, un logiciel kiné de gestion de cabinet tout-en-un, développé en collaboration avec des kinés pour vous faciliter la vie tout en vous libérant du temps, pour vos patients ET pour vous !

Que pensez-vous de la prise en charge kiné des personnes en phase chronique après un AVC ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

Rééducation vestibulaire kiné : l'équipement est-il indispensable ?

Rééducation d’une entorse externe de la cheville avec des vidéos exclusives de Pamz Therapy

Kinésithérapie et psychologie : une collaboration dans le traitement des patients sportifs