La rééducation isocinétique en kinésithérapie | Milo Kiné
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

La rééducation isocinétique en kinésithérapie

Kiné en libéral, vous vous demandez si vous auriez un intérêt à vous procurer un appareil d’isocinétisme pour des bilans ou des traitements de rééducation isocinétique ? Faisons le point à ce sujet : est-ce que les machines sont accessibles financièrement ? Comment est-il possible de facturer les séances ? Quels sont les avantages et les contraintes à utiliser ce dispositif ? Que disent les études cliniques évaluant la fiabilité et l’efficacité du dispositif, par rapport aux moyens de rééducation plus basiques ? Autant de questions auxquelles vous devriez avoir des pistes de réponses en lisant cet article !

Quelques mots sur l’isocinétisme et son histoire

Le mot isocinétisme renvoie à 2 choses :

  • un mode de contraction musculaire à vitesse constante ;
  • le matériel permettant de réaliser cela de la manière la plus fiable possible.

Ce concept a été défini pour la première fois dans les années 1960, aux États-Unis. Initialement, la rééducation isocinétique a été utilisée sur des sportifs de haut niveau, pour maximiser leur renforcement musculaire. Puis les indications se sont démultipliées, tant pour bilanter que traiter des personnes pour la rééducation du muscle ou lésion musculaire.

Depuis cette époque, 2 000 publications académiques indexées dans la plus grosse base de données d’études médicales (la Medline) sont parues sur l’isocinétisme.

La rééducation isocinétique est-elle plus efficace ?

Pour répondre à cette question, il faut se plonger dans les dizaines de revues de littérature existantes sur le sujet de la rééducation isocinétique.

Sachez déjà que la plupart de ces revues (et donc des études sur l’isocinétisme) n’évaluent pas l’efficacité du dispositif, mais sa fiabilité : est-ce que les mesures qu’il prend sont pertinentes, est-ce que ce sont les mêmes à différents moments et par différentes personnes, est-ce qu’il permet de détecter des personnes plus à risque de blessures, etc.

Vous trouverez probablement de nombreuses personnes qui disent que le renforcement musculaire via l’isocinétisme est beaucoup plus efficace que le renforcement à poids de corps, ou avec les appareils de musculation habituels. En revanche, il n’y a pas de données empiriques solides qui soutiennent cette hypothèse, cela dépend également des pathologies.

Par exemple, une méta-analyse sur l’isocinétisme en cas de gonarthrose conclut que l’isocinétisme n’était pas plus efficace sur la force musculaire qu’un programme de remise en forme plus général.

Quel est le prix d’un appareil isocinétique ?

C’est peut-être un des dispositifs de rééducation où le prix est le mieux gardé ! Il est très difficile d’avoir accès aux tarifs des appareils d’isocinétisme, sur les sites des marques ou revendeurs. Et même en les contactant : les entreprises ne souhaitent pas être transparentes sur leurs tarifs, probablement parce qu’ils varient selon le type de structure (petit centre de rééducation public, cabinet libéral ou gros centre de rééducation privé, etc.).

Néanmoins, voici une liste des appareils a priori disponibles à ce jour, avec leur prix d’achat neuf, quand ce prix est trouvable :

  • Con-Trex du constructeur allemand Physiomed ;
  • Humac Norm de CSMI, anciennement Cybex : environ 55 000 euros ;
  • EasyTech. Genu 3 et Genu Plus. La marque se positionne comme « abordable », «à coût contenu », avec un « tarif maîtrisé ». Mais ne communique pas publiquement sur ses tarifs ;
  • Isoforce, thérapie isocinétique : 80 000 euros.

Si vous envisagez d’investir, vous pouvez donc obtenir un devis auprès de ces différentes marques pour vous permettre de comparer.

Il est plus difficile d’acquérir d’occasion un tel appareil : les annonces ne courent pas les rues.

Si vous connaissez d’autres marques, toute autre référence est bienvenue en commentaire. Cela aidera les kinésithérapeutes (et les autres rééducateurs) à mieux comparer les différentes offres !

Est-il envisageable d’utiliser l’isocinétisme en kiné libéral ?

Certains kinés libéraux sont équipés d’appareils d’isocinétisme, parfois en collaboration avec des cliniques ou médecins du sport libéraux. On en trouve par exemple à Paris, Grenoble, Aix-en-Provence ou Lyon, mais aussi dans des villes plus petites. Ce sont plutôt des cabinets orientés kiné du sport, avec des sportifs professionnels ou amateurs.

Il est donc tout à fait envisageable d’utiliser l’isocinétisme en rééducation en libéral pour vos patients. C’est à vous de faire le point sur les avantages personnels et professionnels que vous pourrez en tirer en réalisant cette évaluation musculaire !

Comment sont facturées les séances d’isocinétisme ?

Vous pouvez facilement avoir accès à ces informations en parcourant les sites internet des cabinets de kiné déjà équipés. En général, ces cabinets ont justement des sites internet pour présenter leurs prestations.

Voici quelques tarifs pratiqués par des kinés :

  • 70 euros le bilan, dont 23 pris en charge par la sécurité sociale et les mutuelles ;
  • prix d’une séance conventionnée (donc prise en charge par l’assurance maladie et les mutuelles) + 20 euros/ séance.

Certains cabinets facturent donc avec un dépassement, et pas forcément en hors nomenclature. Des cabinets vont aussi proposer des tarifs différents selon le public : les tarifs proposés aux clubs sportifs seront souvent différents, par exemple au forfait.

C’est quoi le test isocinétique ?

Le test isocinétique est un type de test de force musculaire qui mesure la force et la capacité de contraction des muscles à différentes vitesses et angles de mouvement.

Ce test est généralement effectué à l’aide d’un appareil appelé dynamomètre isocinétique, qui permet de mesurer la force musculaire d’un groupe musculaire donné en contrôlant la vitesse et l’angle du mouvement. Les muscles les plus couramment testés sont ceux des membres inférieurs, notamment les quadriceps et les ischio-jambiers.

Le test isocinétique peut aider à diagnostiquer des déséquilibres musculaires, des déficiences fonctionnelles, des lésions musculaires et des troubles neuromusculaires. Il peut également être utilisé pour évaluer les résultats de la rééducation après une blessure ou une intervention chirurgicale.

Comment se déroule un test isocinétique ?

Le test isocinétique se déroule généralement dans un laboratoire d’exercice ou une clinique de réadaptation avec un professionnel de la santé formé à cet effet. Voici les étapes typiques du test isocinétique :

  1. Le patient est équipé de vêtements de sport confortables et d’une ceinture de sécurité pour assurer sa sécurité pendant le test.
  2. Le dynamomètre isocinétique est réglé pour le groupe musculaire à tester, comme les quadriceps ou les ischio-jambiers.
  3. Le patient est placé dans une position appropriée pour le test, par exemple assis ou couché sur le dos, selon le groupe musculaire à tester.
  4. Le dynamomètre isocinétique effectue une série de mouvements de test en mesurant la force musculaire à différentes vitesses et angles de mouvement.
  5. Pendant le test, le patient doit se concentrer sur fournir un effort maximal et maintenir une contraction musculaire constante tout au long du mouvement.
  6. Le test peut être effectué sur les deux membres pour comparer les forces musculaires des deux côtés du corps.
  7. Après le test, les résultats sont analysés pour déterminer la force musculaire maximale, la force musculaire à différentes vitesses de mouvement et les ratios de force entre les groupes musculaires opposés.

Il est important de suivre les instructions du professionnel de la santé pendant le test et de signaler toute douleur ou inconfort ressenti pendant le test. Les résultats du test isocinétique peuvent être utilisés pour planifier un programme de réadaptation personnalisé pour le patient ou pour surveiller les progrès de la rééducation.

Quand faire un test isocinétique ?

Le test isocinétique peut être utilisé dans différentes situations pour évaluer la force musculaire et la fonctionnalité des muscles. Voici quelques exemples de situations où le test isocinétique peut être utile :

  1. Après une blessure musculaire : Le test isocinétique peut être utilisé pour évaluer la force musculaire et la capacité fonctionnelle après une blessure musculaire. Les résultats du test peuvent aider à planifier un programme de réadaptation personnalisé pour aider à récupérer la force musculaire perdue.
  2. Avant une intervention chirurgicale : Le test isocinétique peut être utilisé pour évaluer la force musculaire avant une intervention chirurgicale. Les résultats peuvent aider à déterminer le pronostic postopératoire et à planifier un programme de réadaptation personnalisé.
  3. Pour évaluer les déséquilibres musculaires : Le test isocinétique peut être utilisé pour évaluer les déséquilibres musculaires entre les groupes musculaires opposés ou entre les membres droit et gauche. Les résultats peuvent aider à identifier les faiblesses musculaires et à planifier un programme d’exercices pour rétablir l’équilibre musculaire.
  4. Pour évaluer la performance sportive : Le test isocinétique peut être utilisé pour évaluer la force musculaire et la capacité fonctionnelle chez les athlètes. Les résultats peuvent aider à identifier les faiblesses musculaires et à planifier un programme d’exercices pour améliorer la performance sportive.

Il est important de noter que le test isocinétique doit être effectué par un professionnel de la santé qualifié et formé à cet effet pour garantir des résultats précis et interprétables.


Avez-vous prévu de vous équiper avec un appareil d’isocinétisme ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

Rééducation vestibulaire kiné : l'équipement est-il indispensable ?

Rééducation d’une entorse externe de la cheville avec des vidéos exclusives de Pamz Therapy

Kinésithérapie et psychologie : une collaboration dans le traitement des patients sportifs