La kiné maxillo-faciale - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

La kiné maxillo-faciale

La kiné maxillo-faciale, bien que méconnue, apporte une avancée dans le traitement de divers troubles du visage et de la mâchoire. Elle offre des solutions à des problèmes allant de simples douleurs à des conditions plus complexes nécessitant une rééducation spécifique. Cette spécialité vise à améliorer la fonctionnalité et l’esthétique du visage et de la mâchoire à travers une variété de techniques manuelles et d’exercices spécifiques. 🔎 Qu’est-ce que la kiné maxillo-faciale ? Pourquoi consulter un kiné spécialisé en maxillo-faciale ? ​Et quelles sont les techniques de rééducation en kiné maxillo-faciale ? C’est le sujet de cet article ! 😉

Qu’est-ce que la kiné maxillo-faciale ?

La kiné maxillo-faciale se positionne comme une spécialité clé de la kinésithérapie, centrée sur la réhabilitation des fonctions musculaires et articulaires du visage, de la mâchoire et du cou. 👉 Ce domaine s’adresse à une variété de conditions, allant des douleurs articulaires et musculaires jusqu’aux rééducations post-chirurgicales ou aux traitements de paralysies faciales.

Les praticiens utilisent une combinaison de techniques manuelles et d’exercices ciblés pour améliorer la mobilité, réduire la douleur, et restaurer les fonctions esthétiques et pratiques essentielles. La personnalisation du traitement est basée sur une évaluation initiale détaillée du patient, plus communément appelé Bilan Diagnostic Kinésithérapique (BDK). Et, comme toujours, la collaboration avec d’autres spécialistes de la santé, est fondamentale pour optimiser la récupération. Ce champ exige également une formation continue de la part des kinésithérapeutes, vous permettant d’adopter les pratiques les plus récentes et les plus efficaces dans leurs traitements.

💡 Le bilan kiné maxillo-facial est une procédure non douloureuse effectuée avec précaution pour éviter tout désagrément ou douleur au patient. Contrairement à certaines idées reçues, le BDK n’est pas exclusif aux adultes ; enfants et adolescents peuvent aussi le passer. Toutefois, il faut se tourner vers un kinésithérapeute spécialisé dans le domaine Maxillo-facial. La durée de cet examen varie entre 30 minutes et une heure selon la complexité des cas à examiner. Enfin, avant et après une chirurgie maxillo-faciale, le BDK maxillo-facial est recommandé pour une évaluation précise de la fonctionnalité de la mâchoire et des muscles oro-faciaux. Cela permet ainsi d’adapter le traitement aux besoins spécifiques du patient.

Pourquoi consulter un kiné spécialisé en maxillo-faciale ?

Consulter un kinésithérapeute spécialisé en maxillo-faciale est essentiel pour plusieurs raisons :

  • 👉 Prévention et traitement des douleurs : que ce soit pour des douleurs chroniques de la mâchoire ou des maux liés à des tensions musculaires faciales, la kiné maxillo-faciale offre des solutions ciblées.
  • 👉 Rééducation post-chirurgicale : après des interventions au niveau du visage ou de la mâchoire, une rééducation adaptée est cruciale pour une récupération optimale.
  • 👉 Amélioration de la fonctionnalité : les troubles de la déglutition, de la parole ou toute autre fonction dépendant de la mobilité faciale et de la mâchoire peuvent être grandement améliorés.
  • 👉 Esthétique et bien-être : au-delà des aspects fonctionnels, travailler sur la symétrie faciale et la relaxation musculaire peut avoir un impact positif sur le bien-être et l’esthétisme.

La prise en charge en kiné maxillo-faciale s’appuie sur une approche personnalisée, adaptée aux besoins spécifiques de chaque patient. Le recours à un kiné spécialisé dans ce domaine permet d’assurer une expertise et une prise en charge adéquate pour ces problématiques spécifiques souvent complexes et nécessitants une connaissance approfondie des structures anatomiques du visage et de la mâchoire.

Les techniques de rééducation en kiné maxillo-faciale

La rééducation maxillo-faciale se divise en trois principales catégories de techniques. Les exercices de mouvement, les massages thérapeutiques ou encore les manipulations spécifiques à la région maxillo-faciale. Voici un bref aperçu de ces catégories :

  • Exercices de mouvement : cela comprend divers exercices fonctionnels effectués avec le kiné. Ces exercices visent au réapprentissage et la réhabilitation des mouvements musculaires faciaux.
  • Massages thérapeutiques : le kiné spécialisé en maxillo-facial appliquera des massages sur les zones ciblées. On retrouvera des zones comme le cou, le visage ou le crâne. Ces massages visent à relâcher les tensions musculaires, réduire les contractures et améliorer l’apparence des cicatrices.

En fonction de votre condition, diverses manipulations sont utilisées en kinésithérapie maxillo-faciale, telles que :

  • ➡️ L’amélioration de la fonction linguale
  • ➡️ Les massages intra et extra buccaux (à l’intérieur et à l’extérieur de la bouche)
  • ➡️ Le traitement des contractures musculaires

Collaboration multidisciplinaire : une approche globale

Les kinésithérapeutes spécialisés en rééducation maxillo-faciale collaborent étroitement avec des dentistes, orthodontistes, chirurgiens maxillo-faciaux, ou encore oto-rhino-laryngologistes. Cela permet de fournir un traitement multidisciplinaire et intégral. Cette forme de rééducation peut se faire tant en ambulatoire qu’en milieu hospitalier. Dans certains cas, même les pneumologues et les pédiatres peuvent prescrire des traitements en lien avec ces pathologies.

Prise en charge et remboursement

Les séances de kinésithérapie maxillo-faciale, à l’instar de toutes autres séances de kinésithérapie, sont éligibles à une prise en charge par la Sécurité sociale. Néanmoins, pour obtenir un remboursement, il est impératif que ces séances soient prescrites par un médecin.

👀 Et vous, pratiquez-vous la kiné maxillo-faciale ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné Milo : aide à la cotation et homologation avenant 7

Ne passez pas à côté de ...

La réalité virtuelle en rééducation et kinésithérapie

Faut-il encore toucher ses patients pour les rééduquer efficacement ?

Les tendinopathies patellaires : quelle rééducation et prévention ?