EBP Kiné : qu’en faire pour les kinés en libéral ? - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Rééducation

EBP kiné : l'Evidence Based Practice en rééducation

À la fin des années 1990, un médecin a conceptualisé l’EBP. Petit à petit, ce concept de prise en charge en médecine et rééducation a fait son chemin et est arrivé en France. Vous avez déjà probablement lu ces 3 lettres un peu partout : sur internet, dans les prospectus de formation, dans les publications ou ouvrages académiques…

Que garder de ce concept pour la pratique de tous les jours comme kiné libéral ?

Qu’entend-on par EBP kiné ?

La pratique basée sur les données probantes (EBP : Evidence Based Practice en anglais) repose sur 3 principes de base. Il s’agit, en tant que professionnel de santé, de s’appuyer sur :

  • les meilleures preuves de recherche disponibles sur l’efficacité et les risques des prises en charge ;
  • son expérience clinique pour identifier rapidement l’état de santé et le diagnostic de chaque patient, leurs risques individuels et les avantages des interventions potentielles ;
  • les préférences et les valeurs du patient.

On trouve des articles entiers consacré à sa définition… Pas certain que ce soit utile dans la pratique de creuser plus loin sur ces aspects !

À quoi sert concrètement l’EBP kiné dans la pratique ?

Lorsqu’on interroge via des questionnaires les kinés de différents pays sur qu’est-ce qui fait qu’ils ont parfois du mal à incorporer l’EBP dans leur pratique, voici ce qui ressort le plus souvent :

  • manque de temps (pour s’informer, lire la littérature et méthodologie scientifique) ;
  • la langue : trop de choses existent seulement en anglais ;
  • la difficulté d’accès aux infos fiables ;
  • le manque de connaissance en statistiques.

Finalement, le manque d’intérêt est peu reporté (moins de 9 % des kinés) : la majorité des kinés voient un intérêt à l’EBP kiné. Bien qu’il existe un biais : les kinés totalement désintéressés ne répondent sans doute tout simplement pas à ce type d’enquête !

En revanche, on fait parfois des reproches à l’EBP :

  • c’est un truc de chercheur, ou au mieux de kiné intello ;
  • cela n’apporte strictement rien aux kinés du terrain ;
  • si on souhaite pratiquer selon les principes de l’EBP, et bien, on ferme le cabinet, parce qu’aucune technique kiné n’est prouvée.

Pourtant, l’EBP ne postule pas du tout ça. L’idée est de proposer des prises en charge sur des pathologies qui s’appuient le plus possible sur les données probantes. S’il n’en n’existe pas, les kinés peuvent s’appuyer uniquement sur leur expérience pro ou expertise clinique et les attentes de leurs patient(e)s. Proposer un large éventail de possibilités et traitements aux patients, en montrant les intérêts et les limites théoriques et empiriques de chacune… Et c’est tout.

L’intérêt ? Tout simplement :

  • maximiser les chances que les prises en charge prodiguées soient de qualité ;
  • pratiquer la kinésithérapie de manière moderne, challengeante ;
  • améliorer la reconnaissance et la vision de la kiné par les prescripteurs et les patients.

L’EBP chez les kinés en France, ça donne quoi ?

Si vous tapez « EBP » et « physiotherapy » dans Pubmed, le plus gros moteur de recherche d’études médicales, vous trouverez… Plus de 1000 publications depuis seulement 1997 !Beaucoup sont en anglais, mais le concept a aussi fait son chemin en France.

Vous trouverez par exemple nombre d’articles (par exemple, dans Kiné la revue), de conférences (comme aux JFK), de formations continue (cf l’Agence EBP) et d’ouvrages (Evidence Based Practice en rééducation chez Elsevier-Masson) se réclamant de l’EBP, en français. L’EBP est un peu utilisée à toutes les sauces. À tel point qu’il faut se demander quand est-ce que ça vaut encore le coût d’utiliser cette terminologie !

Pourquoi faut-il garder son esprit critique face à ce « label » ?

Citer des mots clés tels que « EBP », « modèle bio psycho-social », « arbre décisionnel » fait gagner des points de confiance, un lectorat ou des clients plus récurrents, sans forcément proposer une ressource fiable. Quand on creuse, le raisonnement et la démarche scientifique ne sont pas toujours là…

Vous gagneriez donc sans doute à ne pas vous arrêter à l’étiquette EBP kiné pour choisir une formation ou une autre source d’information. Vous pourriez plutôt vous focaliser sur :

  • la façon dont est conduit le raisonnement clinique,
  • les sources utilisées,
  • la cohérence avec vos connaissances antérieures du sujet.

Est-ce que l’EBP kiné est un concept qui a un intérêt pour vous, dans votre pratique ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

Rééducation vestibulaire kiné : l'équipement est-il indispensable ?

Rééducation d’une entorse externe de la cheville avec des vidéos exclusives de Pamz Therapy

Kinésithérapie et psychologie : une collaboration dans le traitement des patients sportifs