Plagiocéphalie positionnelle : qu'est-ce qui marche ? - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Kinésithérapie pédiatrique

Plagiocéphalie positionnelle : qu'est-ce qui marche ?

Vous avez de temps en temps (ou souvent) des bébés au cabinet ? Cet article fait le point sur la déformation positionnelle la plus fréquente chez les petits humains : la plagiocéphalie ou brachycéphalie. Quand y penser ? Quelle est la prise en charge adaptée ? Quand s’inquiéter ? Et au bout de combien de temps les choses rentrent dans l’ordre ? Cet article répond à ces questions !

Cet article ne traite pas des déformations crâniennes du crâne congénitales / sur craniosténose, beaucoup plus rares.

Plagiocéphalie positionnelle, brachycéphalie, tête plate : quelle différence ?

Les termes « plagiocéphalie », « brachycéphalie » et « tête plate » font référence à des anomalies de la forme du crâne d’un bébé ou d’un enfant. Voici une explication de chaque terme :

  • Plagiocéphalie. Lorsque l’aplatissement est asymétrique, on parle de plagiocéphalie. Il y a alors un côté de l’arrière du crâne plus plat que l’autre.
  • Brachycéphalie. L’aplatissement peut être symétrique : la tête est aplatie de manière identique des deux côtés, on parle alors de brachycéphalie.
  • Tête plate. Le terme « tête plate » peut décrire une plagiocéphalie ou une brachycéphalie, selon la forme anormale du crâne.

L’asymétrie crânienne chez l’enfant, connue sous le nom de plagiocéphalie positionnelle, est une déformation du crâne du nourrisson souvent due à une pression continue sur une partie de la tête du nourrisson, comme lors de l’allaitement au biberon.Le diagnostic précoce est crucial pour différencier cette déformation positionnelle de la plagiocéphalie synostotique, une malformation plus grave.

Dans tous les cas, ces déformations positionnelles apparaissent après la naissance. Elles sont visibles quand le nourrisson a quelques semaines ou quelques mois.

Quand penser à une plagiocéphalie positionnelle / brachycéphalie ?

On ne passe généralement pas à côté d’une plagiocéphalie ou brachycéphalie.

Chez les bébés de quelques semaines, les cheveux sont fins ou peu présents. On distingue donc facilement la forme du crâne. Et on voit à l’œil nu qu’elle n’est pas parfaitement symétrique, ou qu’elle est très aplatie sur l’arrière.

Souvent, les parents remarquent aussi cette déformation.

Parfois, on note aussi une asymétrie au niveau du visage, surtout en cas de plagiocéphalie, avec une déviation de la ligne médiane.

Parfois un torticolis congénital est associé : le bébé a la tête plus penchée d’un côté que de l’autre et ce n’est souvent pas totalement réductible.

L’objectif est une prévention efficace et une orientation vers des traitements comme l’ostéopathie. L’aplatissement occipital peut avoir des conséquences esthétiques.

Comment corriger une plagiocéphalie positionnelle ?

La correction de la plagiocéphalie débute par des changements de position du bébé pour réduire la pression sur la zone plate. La kinésithérapie peut aider à traiter les torticolis associés. Si ces mesures ne suffisent pas, un casque orthopédique, porté entre 4 et 12 mois, peut être recommandé pour remodeler le crâne.

Quelle est la prise en charge kiné adaptée ?

Voici les principaux axes d’une prise en charge kiné pour cette pathologie.

  • Informer et rassurer les parents. Leur donner par exemple les chiffres sur l’évolution, les rassurer sur le fait que cela se voit beaucoup chez un bébé car la tête est beaucoup plus grosse en proportion, et qu’il n’y a pas de cheveux.
  • Vérifier s’il n’y a pas de problèmes moteurs ou orthopédiques.
  • Questionner les parents sur la façon dont ils installent leur bébé le jour et la nuit. Identifier avec eux des solutions possibles pour que les temps d’éveil se fassent dans d’autres positions que allongé sur le dos.
  • Pratiquer et montrer aux parents des exercices ou positions permettant au bébé de bouger sa tête, surtout si un torticolis congénital est associé.

Il est possible de faire des photos pour suivre l’évolution (avec l’accord des parents). La plupart du temps, il n’y a pas lieu de chercher à objectiver de manière plus précise la déformation.

Que penser des casques orthopédiques ?

Il existe une étude d’assez bonne qualité (comparativement aux autres) qui a suivi des bébés avec plagiocéphalie positionnelle modérée à sévère, jusqu’à leur deux ans (Van Wijk 2014). Certains avaient un casque orthopédique, les autres non. Tous avaient sinon le même type de prise en charge en kinésithérapie. Ils avaient 5 à 6 mois au début de l’étude.

Conclusion 2 ans après ? Les enfants des deux groupes avaient des mesures moyennes totalement comparables, qu’ils aient ou non porté un casque.

Il est en revanche possible que les enfants ayant porté un casque retrouvent plus vite que les autres une forme de crâne considérée comme plus esthétique. Mais à 2 ans, la différence entre ceux qui en ont porté et ceux qui n’en n’ont pas porté n’existe plus.

Quand mettre un casque pour plagiocéphalie ?

L’utilisation d’un casque pour traiter la plagiocéphalie est envisagée lorsque les méthodes conservatrices (changements de position, kinésithérapie) n’apportent pas d’amélioration suffisante. Généralement, le casque est introduit entre 4 et 12 mois, lorsque le crâne est encore malléable. Il est crucial de consulter un spécialiste pour une évaluation appropriée.

Quels sont les risques de la plagiocéphalie ?

La plagiocéphalie, ou déformation du crâne chez le nourrisson, est généralement considérée comme esthétique. Si elle persiste, elle peut entraîner des asymétries faciales. Rarement, une plagiocéphalie sévère non traitée pourrait être associée à des troubles de la mâchoire ou de la vue. Une prise en charge précoce est recommandée.

Quand disparaît la plagiocéphalie positionnelle ?

Dans le rapport 2020 de l’HAS sur les plagiocéphalies, il est écrit que :

Les plagiocéphalies – déformations crâniennes positionnelles – sont bénignes et disparaissent naturellement vers l’âge de deux ans.

Ces données sont rassurantes, mais ne reflètent pas exactement les travaux les plus récents sur le sujet.

L’étude citée précédemment conclut aussi que la forme du crâne de 3 bébés sur 4 inclus dans l’étude est moins arrondie que la moyenne lorsqu’ils ont 2 ans. Mais l’équipe de recherche se demande aussi ce qu’on entend par un crâne esthétique, une forme de tête « acceptable ».

En effet, pas grand monde n’a d’exemples autour de soi d’adultes avec un crâne aplati à l’arrière… Alors que la plagiocéphalie/brachycéphalie positionnelle touche 1 bébé sur 4 à 1 bébé sur 2 !

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Chrétien
Chrétien
5 mois il y a

Il serait intéressant de comparer le nombre d’enfants ayant eu ces problèmes au nombre d’enfants qui plus tard vont présenter une scoliose…
Je pense que le crâne redevient « normal » au détriment du squelette vertébral si on ne fait pas les bons soins ostéopathatiques au départ

Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

Kiné respiratoire des bébés : pratiquer, quelles que soient les polémiques !

La kinésithérapie pédiatrique : un plus pour le développement des enfants