Une kiné sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle - Milo
Blog Milo Kiné - Kiné par nature
Destination voyage

🎙️ Témoignage : une kinésithérapeute sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Dans cette interview exclusive réalisée quelques mois après son pèlerinage, Laura, kinésithérapeute dans le Vaucluse, nous raconte son aventure sur le célèbre chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Elle partage ses préparatifs, les défis qu’elle a rencontrés et offre de précieux conseils. 🏔️🚶

Saint-Jacques de Compostelle : retour à l’essentiel

Laura, comment as-tu eu l’idée de faire le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

« L’idée m’est venue en regardant un reportage télé qui suivait un groupe sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Je me suis identifiée à eux, car c’était du personnel soignant. L’ambiance m’a vraiment attirée, et je me suis dit que cela pouvait être un excellent moyen de m’évader tout en faisant des rencontres enrichissantes. À ce moment-là, une de mes amies ostéopathes, saturée tant professionnellement que personnellement, m’a appelée au secours. Je lui ai parlé de Saint-Jacques, ça lui a donné envie, et nous avons décidé de partir ensemble ! »

Comment t’es-tu préparée pour le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

« J’organisais régulièrement des week-ends de randonnées et je faisais beaucoup de sport en salle. Pour me préparer spécifiquement, j’ai intensifié mes randonnées. Quand je n’avais pas un week-end complet, j’allais marcher dans la colline à côté de chez moi. Et quand j’avais plus de temps, je faisais des marches plus longues avec plus ou moins de dénivelé. J’ai également essayé de faire de la course, mais j’ai finalement opté pour le trail et la marche. »

Qu’avais-tu pris avec toi pour ce pèlerinage ?

« Comme c’était ma première fois, je me suis bien renseignée sur les indispensables. Dans mon sac de 30 kg, j’avais des vêtements adaptés : deux brassières de sport, une polaire, un legging de marche, une doudoune légère, un K-way, une protection de sac, une tenue/pyjama pour le soir, un bandeau et un bonnet très important ! J’avais aussi mes chaussures de randonnée (des Salomon), des chaussettes en laine Mérinos, adaptées à la randonnée, et une trousse médicale complète avec Doliprane, Baume du tigre, pansements (compeed, pansements universels et strap), compresses, sparadrap, genouillère, désinfectant et du baume Saint-Bernard. »

💡 Conseil : Le baume Saint-Bernard a été un allié précieux pour soulager les douleurs musculaires le soir.

Comment as-tu géré l’eau et la nourriture sur le chemin ?

« J’emportais 2 litres d’eau par jour. Il y avait beaucoup d’endroits pour se recharger en eau, donc c’était suffisant. Pour la nourriture, j’avais des fruits secs, des barres de céréales, beaucoup de compotes, et des fruits frais achetés dans les épiceries des villages. Parfois, nous ne nous arrêtions pas pour manger le midi, mais nous trouvions toujours un endroit agréable pour pique-niquer. Pour le soir et le matin, nous avions la chance de profiter des produits locaux là où nous logions, lait frais le matin et aligot/saucisse le soir ! 🤤. »

Comment avez-vous choisi les lieux où dormir pendant ce pèlerinage ?

« C’était notre première fois sur ce chemin, donc nous avons opté pour des auberges. Nous avions réservé une semaine à l’avance. C’était exactement l’ambiance que nous recherchions. Nous avons rencontré beaucoup de personnes, partagé des moments sympa avec des pèlerins du monde entier. Beaucoup faisaient ce pèlerinage après un burnout ou dans une démarche de reconstruction personnelle. Ces échanges étaient très enrichissants. »

Comment as-tu géré ton parcours sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle ?

« Nous sommes partis du Puy-en-Velay et avons rejoint Nasbinals. Pour couvrir la distance en 5 jours, nous parcourions entre 22 et 33 kilomètres par jour. Nous partions généralement vers 8-9 heures du matin et arrivions aux alentours de 16-17 heures. Après une longue journée de marche, nous étions heureuses de pouvoir nous reposer. Si c’était à refaire, nous partirions plus tôt pour arriver plus tôt et profiter d’un repos plus conséquent. »

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui envisagent de se lancer sur le chemin de Compostelle ?

« Voici mes conseils : choisissez de bonnes chaussures de marche, déjà formées à votre pied. Préférez des chaussettes en laine Mérinos. Ne vous surchargez pas, car un sac trop lourd peut avoir de gros impacts sur le dos. Emportez suffisamment d’eau et des aliments secs pour un apport énergétique durable. Préparez votre parcours à l’avance pour ne pas en faire trop et accordez-vous suffisamment de temps pour vous reposer. Les étirements du bas du corps et du dos sont primordiaux pour relâcher la pression. »

💡 Astuce pour les ampoules : Ne mettez pas de Compeed directement à froid dessus. Préférez une application à chaud sur des pieds propres et sans chaussettes par-dessus. Chauffez le pansement entre vos mains avant de l’appliquer.

Enfin, je conseille d’éviter de faire le chemin en plein été à cause de l’affluence. Personnellement, je l’ai fait en automne et ne le recommanderais pas non plus car le temps peut être incertain. Le printemps semble être le moment idéal pour cette aventure. »

Un grand merci à Laura pour avoir partagé son expérience et ses conseils avisés !

Et vous, avez-vous déjà envisagé de faire le chemin de Saint-Jacques ? L’avez-vous déjà fait ? Quels conseils pourriez-vous donner ?

👀 PS : Si vous hésitez encore à partir, Laura nous a partagé un livre qui devrait vous aider à sauter le pas : Plus jamais sans moi de Maud Ankaoua

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Logiciel kiné par nature : Milo

Ne passez pas à côté de ...

🎙️ Témoignage : une kinésithérapeute sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle

Ski 2024, où les kinés vont-ils dévaler les pistes cette année ?

Nos destinations de rêve pour les passionnés de sport en 2023